Le changement climatique et la sécurité alimentaire

Alors que la réunion de Bonn sur le changement climatique s'est achevée le 17 juin 2011, le panel d'experts de haut niveau sur la sécurité alimentaire et la nutrition (HLPE) lance une consultation publique dans le cadre de l'étude sur le changement climatique et la sécurité alimentaire. Vincent Gitz, coordinateur du panel d'experts de haut niveau, rappelle que " la sécurité alimentaire n'est pas assurée. Près d'un milliard d'êtres humains sont sous-alimentés, auxquels s'ajoute un autre milliard de mal nourris à qui il manque des micronutriments essentiels. Pour répondre à la demande croissante, à l'horizon 2050, surtout dans les pays en développement, la FAO estime qu'il faudra produire 70 % de nourriture supplémentaire, sans tenir compte des biocarburants ". Il ajoute que " il a jusqu'ici été très peu question de l'agriculture dans les négociations climat. Et c'était surtout à propos des efforts de réduction des émissions. Depuis les accords de Cancun à la fin de l'année dernière, l'adaptation au changement climatique est davantage mise en avant. Il en a aussi été question à Bonn  ".

Le Groupe d'experts de haut niveau sur la sécurité alimentaire et la nutrition est un peu l'équivalent pour la sécurité alimentaire du Giec pour le climat. Il a été créé par les gouvernements en octobre 2009 dans le cadre de la réforme de la gouvernance mondiale de la sécurité alimentaire pour conseiller le Comité de la Sécurité Alimentaire mondiale (CSA). Le CSA est la plus importante plate-forme intergouvernementale et internationale dans le domaine de la sécurité alimentaire et de la nutrition. Le HLPE a notamment pour rôle de fournir des avis et des propositions, fondés sur les connaissances disponibles, et d'identifier les sujets émergents susceptibles de menacer la sécurité alimentaire.

Le Comité de la Sécurité Alimentaire mondiale a demandé au HLPE une étude qui passera en revue les évaluations existantes et les initiatives concernant les effets du changement climatique sur la sécurité alimentaire et la nutrition. Cette étude s'intéressera notamment aux régions et aux populations les plus touchées et les plus vulnérables, au point d'intersection entre le changement climatique et la productivité agricole. Elle se penchera sur les défis et les possibilités que représentent les politiques d'atténuation et d'adaptation, et sur les mesures en faveur de la sécurité alimentaire et de la nutrition.

La consultation ouverte permettra aux différents acteurs de faire part de leur avis sur le cadre proposé de l'étude.

Le HLPE doit remettre son rapport au Comité de la Sécurité Alimentaire mondiale pour octobre 2012.

 Source : www.campagnesetenvironnement.fr, 20/06/11