Demande d'un bonus pour des cantines bio et locales

Former les cuisiniers et les acteurs publics, installer une légumerie, soutenir les dépenses d’approvisionnement : le bio dans les cantines a un coût, que l’État devrait en partie financer, estiment vingt-sept personnalités, dans une tribune parue dans Le Journal du dimanche (JDD).

Audrey Pulvar, présidente de la Fondation pour la Nature et l'Homme, le photographe Yann Arthus-Bertrand, l’animateur Nagui, l’actrice Sophie Marceau et des représentants de plusieurs structures (Secours catholique, Agence BIO, Générations Futures, Restau’Co…) demandent le versement, par les pouvoirs publics, d’un « bonus » pour les « structures souhaitant changer de pratiques ».

Ce bonus, estimé à 164 millions d’euros par an pour le secteur scolaire, 330 millions d’euros en incluant le secteur médico-social, permettrait à ces structures « de développer et d’inscrire leur projet alimentaire dans la durée ». Il pourrait être instauré sur trois ans.

2 septembre 2018