Étude sur les performances économiques de l’AB versus l’agriculture conventionnelle

L’étude intitulée « Les acteurs économiques et l’environnement », publiée le 5 décembre par l’Insee, montre, dans trois secteurs d’activité – le vin, le maraîchage et la production laitière –, que les agriculteurs bio ont de meilleures performances économiques que les agriculteurs conventionnels. L’institut a travaillé sur les données 2013. L’échantillon choisi par l’Insee compte 1 800 fermes en agriculture biologique qui ont été comparées à 28 000 exploitations dites « conventionnelles », sélectionnées dans les mêmes branches d’activité.

Les viticulteurs bio ont en moyenne un chiffre d’affaires de 17 000 euros par hectare, soit 46 % de plus qu’en conventionnel.

Un écart qui s’explique d’abord par une meilleure valorisation des vins, avec des prix supérieurs de 10 % à 40 %. Mais aussi par une plus forte présence en zone d’appellation d’origine protégée (AOP). Et, malgré des frais de personnel une fois et demie supérieurs, l’excédent brut d’exploitation (EBE) atteint en moyenne 6 400 euros à l’hectare, contre 3 700 euros pour un viticulteur conventionnel.

En maraîchage, le chiffre d’affaires moyen des producteurs bio est inférieur à celui de leurs homologues conventionnels (10 900 euros, contre 12 500 euros à l’hectare). Mais l’EBE, lui, est supérieur (3 300 euros contre 2 500 euros à l’hectare). Le fait d’utiliser moins d’engrais et de pesticides allège la facture.

De même, le coût réduit de l'alimentation des animaux et une meilleure valorisation du prix du lait (+ 18 %) permettent de compenser la différence de chiffre d’affaires des éleveurs laitiers bio, confrontés à une baisse de productivité d’un quart. Les aides à l’agriculture bio calculées à l’hectare soutiennent aussi les éleveurs. Résultat, leur EBE est, en moyenne, supérieur de 20 %.

Autre facteur explicatif de la meilleure performance économique des exploitations bio : un recours plus important aux circuits courts pour commercialiser leurs produits. C’est le cas pour 90 % des maraîchers bio et pour 70 % des viticulteurs bio.

L’étude est téléchargeable au lien : https://www.insee.fr/fr/statistiques/3280932?sommaire=3280952

6 décembre 2017