Les mycorhizes au secours de la lavande

Des champs de lavande dépérissent dans le Sud de la France car la cicadelle, un petit insecte ravageur, pique les plants et leur transmet le phytoplasme du Stolbur, une bactérie qui les condamne en trois mois. Le phénomène s’accélère en raison du réchauffement climatique.

Les méthodes de lutte biologique comme les semis directs de lavande, l’enherbement des inter-rangs, la pulvérisation d’argile ou la sélection de plants… ne sont pas satisfaisantes à 100 %. Les toiles anti-insectes fonctionnent, mais leur usage est délicat sur de grandes surfaces.

Le projet Mycolav vise à utiliser les champignons mycorhiziens à arbuscules (CMA). Leur présence dans le système racinaire renforce la plante, qui absorbe mieux l’eau et les nutriments, et résiste aux différents stress (salinité, pollution par les métaux lourds…).

La start-up Mycophyto, basée à Sophia-Antipolis (Alpes-Maritimes), produit un terreau riche en champignons et inocule ainsi les champignons aux racines. Des mini-mottes utilisant ce terreau ont été plantées en septembre 2018.

En février 2019, le CNRS identifiera les espèces de champignons qui ont survécu et dressera leur carte d’identité. Le projet prévoit de suivre la croissance pendant trois ans, en effectuant une première récolte transformée en huile essentielle.

27 novembre 2018