Nourrir le monde avec l'AB : nouvelle étude scientifique

Une reconversion mondiale à l’agriculture biologique peut contribuer à l’établissement d’un système alimentaire globalement durable si elle est combinée avec d’autres mesures. Il s’agit, par exemple, de réduire la consommation de produits animaux, d’éviter les gaspillages d’aliments et d’utiliser moins d’aliments concentrés dans la production animale.

Un tel système alimentaire aurait des influences positives sur des aspects environnementaux importants comme réduire les émissions de gaz à effet de serre, diminuer la surfertilisation et éviter l’utilisation de pesticides – et ne provoquerait pas d’augmentation des surfaces agricoles nécessaires malgré la généralisation de la production biologique.

C’est ce que montre une étude réalisée par le FiBL, en collaboration avec la FAO, l’université d’Aberdeen, l’Alpen-Adria Universität Klagenfurt et l’EPFZ, qui vient d’être publiée dans la revue spécialisée "Nature Communications". Cependant, une reconversion à l’agriculture biologique sans modification des habitudes alimentaires provoquerait une augmentation des besoins en surfaces agricoles.

Lien vers l’étude (en anglais) : https://www.nature.com/articles/s41467-017-01410-w.pdf

Vidéo sur l’étude (en anglais) : https://www.youtube.com/watch?v=z4daLqmureU

Lien vers le communiqué : http://www.fibl.org/fr/medias.html

Source(s) : Communiqué FiBL
14 novembre 2017