Perturbateurs endocriniens : mise en évidence des dangers de l'effet cocktail

Les derniers résultats du projet européen EDC-MixRisk mettent en évidence les effets de l’exposition aux perturbateurs endocriniens (PE), en particulier sous forme de mélange, sur le développement du fœtus.

Les analyses d’urine et de sang réalisées sur les femmes enceintes composant la cohorte SELMA ont permis d’identifier les mélanges de PE présents dans les organismes ayant des effets délétères sur la croissance et le métabolisme, le développement neurologique et le développement sexuel.

Enfin, les experts ont analysé les effets de chacune de ces substances isolément. Dans la majorité des cas, les substances évaluées à des doses de concentration similaires à celles retrouvées dans le mélange de PE n’avaient pas d’effets néfastes. Ainsi, l’un des principaux constats des chercheurs est qu’il conviendrait d’abaisser les valeurs de référence définies actuellement pour chacune des substances en raison des effets combinés multipliant le risque.

« L’effet cocktail est encore largement sous-estimé alors que nous sommes tous quotidiennement exposés à une multitude de substances perturbatrices endocriniennes », déclare François Veillerette, directeur de Générations Futures.

30 octobre 2018