Perturbateurs endocriniens : Une mission parlementaire demande un plan d’urgence

L’exposition aux perturbateurs endocriniens présents dans les contenants en plastique présente un « enjeu majeur de santé publique », selon un rapport parlementaire présenté le 4 décembre à l’Assemblée. Les auteurs demandent des mesures concrètes, dont des interdictions d’usages.

« L’exposition généralisée de la population aux perturbateurs endocriniens (PE) présents dans les contenants en plastique - alimentaires, cosmétiques et pharmaceutiques -  s’avère très préoccupante », affirme le rapport des députées LREM Claire Pitollat (Bouches-du-Rhône) et Laurianne Rossi (Hauts-de-Seine), quatre ans après l’interdiction en France du bisphénol A (BPA) dans ces produits. Un rapport important alors que plusieurs substituts au BPA, dont le bisphénol S, seraient des perturbateurs endocriniens aussi puissants.

Après dix mois d’auditions, la mission d’information parlementaire conclut à l’urgence à agir au niveau politique, au nom du principe de précaution.

Ces parlementaires demandent des mesures concrètes pour réduire l’exposition des personnes à risques (femmes enceintes et allaitantes, bébés et enfants en bas âge), harmoniser et compléter la réglementation européenne, et accentuer les efforts de recherche sur les effets des PE sur la santé. Ils avancent, pour cela, 50 recommandations.

Lien : http://www.journaldelenvironnement.net/article/perturbateurs-endocriniens-une-mission-parlementaire-demande-un-plan-d-urgence,101536

Source(s) : Journal de l'environnement
4 décembre 2019