Polémique sur la banane bio

Au début du Salon de l'agriculture, la filière de la banane antillaise s'est présentée comme étant "Mieux que bio" sur le stand de l'UGPBAN (Union des Groupements de Producteurs de Bananes de Guadeloupe et Martinique).

Or, contrairement à ce que laissait entendre l'UGPBAN, les exigences du cahier des charges européen concernent les productions européennes bio comme celles importées en provenance des pays tiers. Pour les professionnels de l'AB, il s'agissait d'un détournement d'usage d'un signe officiel de qualité et d'une communication opportuniste visant à profiter de l'engouement des consommateurs pour la bio.

Suite à l'action en référé des professionnels de l'agriculture biologique, la justice a enjoint l'UGPBAN d'arrêter, dès le 2 mars, sa campagne de communication illicite contre les bananes bio vendues sur le marché.

Dans une note d'information à la presse, l'Agence BIO rappelle les conditions de contrôle et d'importation des produits bio. En effet, les reconnaissances accordées par la Commission européenne garantissent que les cahiers des charges et les systèmes de contrôle permettant l'octroi du logo bio européen aux produits importés répondent aux mêmes principes et objectifs que ceux énoncés par le réglement européen relatif à l'agriculture biologique.

Source(s) : Communiqué de presse Synabio, FNAB, Synadis Bio, CEBIOCommuniqué de presse Agence BIONote d'information Agence BIO
mars 2017