Un prix plus juste pour le cacao équitable

Le cacao est la matière première qui a généré, en 2018, un des meilleurs rendements pour les intermédiaires financiers à la Bourse de Londres (28 %), du fait de prix payés aux producteurs trop bas et à une forte volatilité.

L'industrie du chocolat pèse 150 milliards de dollars et est dominée par une poignée de multinationales (3 entreprises représentent 60 % de la transformation mondiale de cacao). On estime que 2,2 millions d'enfants travaillent dans les plantations et que les 5,5 millions de petits producteurs de cacao - dont dépendent près de 50 millions de personnes - vivent souvent avec moins de 1 dollar par jour.

Convaincu que la durabilité commence par le prix payé au producteur, le mouvement Fairtrade/Max Havelaar a annoncé, au 1er octobre, une augmentation de 20 % du prix minimum garanti et de la prime de développement, obligatoires pour obtenir le label Fairtrade/Max Havelaar, et il appelle tous les acteurs du secteur à viser un revenu décent pour les producteurs de cacao.

Au 1er octobre 2019 :

  • Le prix minimum garanti pour le cacao passe de 2 000 à 2 400 USD par tonne (prix franco de port) ;
  • La prime de développement passe de 200 à 240 USD par tonne (payée en plus du prix) ;
  • Pour le cacao issu de l’agriculture biologique, un montant additionnel de 300 USD par tonne (prix franco de port) doit être payé, en plus de la prime de développement.
Source(s) : Communiqué de presse Max Havelaar France
1er octobre 2019