Ralentir le rythme des conversions bio

Depuis 2009, à la demande de sa commission Bio, le Cniel (Centre National Interprofessionnel de l'Economie Laitière) réalise une enquête semestrielle auprès des entreprises de collecte afin d’estimer les volumes de lait bio en cours de conversion.
La dynamique des conversions s’est fortement accélérée au début de l’année 2010, avec plus de 300 conversions enregistrées sur le premier semestre. Cette dynamique a ralenti depuis, mais reste néanmoins soutenue avec plus de 120 conversions engagées au cours du premier semestre 2011.
A la fin de l’année 2012, la collecte annuelle de lait bio dépasserait les 425 millions de litres, soit une augmentation de 41 % par rapport à la collecte en mai 2011.
En 2011, la collecte française ne permet pas encore de répondre à la demande. En revanche, compte-tenu des progressions respectives de la production et de la consommation, la filière laitière bio française sera en mesure de répondre à la demande, dès 2013. Par conséquent, il est nécessaire d’adopter un rythme de développement de la production compatible avec l’évolution de la consommation. Le Cniel appelle donc producteurs et transformateurs à raisonner conjointement les nouvelles conversions.

Source : RLF n° 717, déc. 11