Réaction de Générations Futures au rapport parlementaire sur les pesticides

Pour Générations Futures, dans le rapport de la mission parlementaire d'information sur les pesticides, le constat de la réalité des problèmes posés par les pesticides est globalement fait et les dangers sanitaires et environnementaux globalement reconnus. La nécessité de sortir des pesticides de synthèse est également reconnue (le rapport parle de réduire drastiquement leur utilisation pour tendre aussi rapidement que possible vers leur abandon).

En revanche, les solutions proposées ne semblent pas à la hauteur des ambitions affichées. Certes, des actions isolées positives sont proposées (encourager le remplacement des insecticides de stockage par d’autres méthodes, encourager les PNPP et le Biocontrôle, accroître la recherche sur les variétés résistantes…). Mais, aucune vision systémique construite de ce que pourrait être l’agriculture demain n’est réellement proposée. Le rapport parle d’Agroécologie, mais sans définir ce que devraient être les systèmes agricoles à bas niveaux d’intrants, ni comment les généraliser.

Sur certains points, le rapport est même en recul par rapport à certaines orientations officielles, comme sur les pesticides les plus préoccupants cités dans un rapport récent de l’IGAS pour lesquels les parlementaires demandent de nouvelles études, alors même que leur dangerosité avérée est reconnue par les autorités européennes. Sur le glyphosate également, le rapport est en recul par rapport aux déclarations du Président de la République en ne préconisant pas la sortie du glyphosate et en ne proposant que l’interdiction d’un usage minoritaire et en demandant de nouvelles études. Le rapport envisage même, par ailleurs, de remettre en cause l’interdiction de l’épandage aérien.

Source(s) : Générations Futures
4 avril 2018