Réactions d'acteurs concernant la décision du CNAB sur le chauffage des serres en bio

La FNAB se félicite du compromis qui pose une première limite au risque d’industrialisation de l’agriculture biologique.
En effet, jusqu’à aujourd’hui, il n’y avait aucun encadrement de l’utilisation du chauffage dans les serres bio, cette décision est donc une avancée significative.
« Ça signifie que, pour un légume comme le concombre, on est dans la saison et, donc, il n’y aura plus besoin de chauffage. Or, le concombre est le second légume cultivé sous serre chauffée. Pour la tomate ou le poivron, il y aura encore un peu de chauffage mais ça va diviser par deux la consommation d’énergie et imposer le tout renouvelable », explique Jean-Paul Gabillard, producteur de légumes bio en Bretagne et secrétaire national légumes à la FNAB.

Légumes de France, Felcoop, les Chambres d’Agriculture, la FNSEA et Coop de France ont réagi, le 15 juillet, dans un communiqué commun, pointant du doigt notamment la porte ouverte à l’importation.

Pour la Confédération Paysanne, cette décision est une première étape importante. Mais, pour elle, il faut maintenant poursuivre vers plus d'exigences et de cohérence tant au niveau français qu'européen pour réduire les marges d'interprétations laissées ouvertes par le Règlement européen de l'agriculture biologique.

Source(s) : Communiqué de presse de la FNAB du 12/07/2019reussir.fr du 16/07/2019Confédération Paysanne du 11/07/2019