Le réchauffement climatique dérègle les périodes de pollinisation en Europe

Publiée le 23 décembre dernier dans la revue Nature Ecology, une étude menée par des chercheurs français et européens, dont une équipe du Centre d’écologie et des sciences de la conservation, prouve que le réchauffement climatique diminue la diversité des pollinisateurs en Europe.

En Europe, les pollinisateurs volent de façon moins synchronisée et moins longtemps depuis 60 ans.

Ainsi, en France, le pic d’activité des pollinisateurs s’est décalé à début juillet, contre mi-juillet dans les années 1960. Les décalages se remarquent également entre les différentes espèces : « Les diptères (groupe des mouches) avancent beaucoup plus leur période de vol que les papillons et les coléoptères, tandis que les hyménoptères (abeilles et guêpes) sont dans la moyenne », précise l’étude. Les groupes de pollinisateurs sont donc de plus en plus isolés pendant la saison de pollinisation, « ce qui aboutit à une baisse de la diversité simultanée des pollinisateurs, notamment entre 1980 et 2016 avec une baisse allant de 3 à 9 % en Europe de l’Ouest ».

3 janvier 2020