Synthèses et rapports

Retrouvez dans cette section les synthèses et rapports édités par ABioDoc :

Evaluation environnementale des approvisionnements en Restauration Hors Domicile

Évaluation environnementale des approvisionnements en Restauration Hors DomicileCette synthèse a été réalisée dans le cadre du projet Restauration Hors Domicile (RHD) du Pôle Agriculture Biologique Massif Central. Elle vise à évaluer des méthodes de comparaison de l'impact environnemental des approvisionnements de RHD en produits biologiques et conventionnels, issus de circuits courts ou longs. Une recherche bibliographique a permis de cibler les outils adaptés aux produits agricoles et alimentaires : le Bilan Carbone, la méthode de l'Empreinte Ecologique, l'Analyse du Cycle de Vie, et l'Eco-Indicateur 99. Chacun de ces outils est présenté, avec un exposé de ses principes, des méthodes de calcul, et un point sur les données et études existantes. Tous ces outils sont relativement complexes et chaque étude est longue à réaliser. Si les circuits courts / longs pourraient être comparés grâce à l'ensemble d'entre eux, il est encore difficile de comparer les produits issus de filières biologiques ou conventionnelles. Le projet ACV Bio, lancé en 2009 par différents partenaires (BIO Intelligence Service, UR INRA-ALISS, Synabio, Casino, Triballat, La Vie Claire, Pronatura et Biocoop) devrait fournir des données intéressantes.

 

Télécharger la synthèse

 

Date de parution: 
juillet, 2009

L'agriculture biologique au Brésil

Image

Le Brésil est un pays caractérisé par des zones pédoclimatiques et socio-économiques différentes qui ont engendré une diversité de productions agricoles et de systèmes de production, de l’agriculture familiale à l’agriculture intensive issue de la révolution verte. Dans ce contexte, l’agriculture biologique s’est faite peu à peu une place et a réellement émergé dans les années 70. Ce document présente l’évolution des pratiques, les productions, la réglementation en vigueur, les processus de certification et les programmes de développement relatifs à l’agriculture biologique au Brésil.

 

SOMMAIRE

L’AGRICULTURE BIOLOGIQUE AU BRESIL

  1. ETAPES CLEFS DE L'EVOLUTION DE L'AGRICULTURE BIOLOGIQUE AU BRESIL
  2. LES PRINCIPAUX PRODUITS BIOLOGIQUES DU BRESIL
    1. Les fruits et produits spécifiques du Brésil
    2. Les grandes productions biologiques du Brésil
  3. QUELQUES DONNEES STATISTIQUES SUR L’AGRICULTURE BIOLOGIQUE BRESILIENNE
  4. LE PROCESSUS DE CERTIFICATION NATIONAL ET LES ORGANISMES CERTIFICATEURS
    1. Les processus de certification
    2. Les principaux organismes certificateurs brésiliens
  5. LES PRINCIPAUX PROGRAMMES D'AIDE MIS EN PLACE PAR LE GOUVERNEMENT BRESILIEN
  6. LES PROGRAMMES DE DEVELOPPEMENT DE LA RECHERCHE EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIS EN PLACE AU BRESIL
  7. POINTS FORTS ET FAIBLESSES DE LA FILIERE BIO BRESILIENNE
    1. La construction et la diffusion de la connaissance en agroécologie
    2. Le développement des marchés
    3. La garantie et l’information sur la qualité des produits biologiques
  8. L’AGRICULTURE BIOLOGIQUE BRESILIENNE : PERSPECTIVES ET ENJEUX

LES STRUCTURES DE L’AGRICULTURE BIOLOGIQUE AU BRESIL

  1. LES ORGANISMES GOUVERNEMENTAUX
  2. LES ORGANISMES DE FORMATION
  3. LES ORGANISMES DE RECHERCHE
  4. LES ORGANISATIONS DE PROMOTION DE L’AB
  5. LES ORGANISMES DE CERTIFICATION DE L'AB
  6. LES MOUVEMENTS ACTEURS EN FAVEUR DE L'AB

BIBLIOGRAPHIE

ANNEXE : QUESTIONNAIRE DE LA « BASE DES ACTEURS DE LA BIO »

 

Télécharger le document (gratuit)

Date de parution: 
mars, 2013

Le foncier agricole : contexte et opportunités pour le développement de l’Agriculture Biologique

Le foncier agricole : contexte et opportunités pour le développement de l’Agriculture BiologiqueContexte de l'étude

Le foncier agricole est soumis à diverses pressions : urbanisation, abandon, mitage… qui conduisent à une inquiétude grandissante des acteurs du monde agricole face à la diminution de leur espace de travail. En effet, en France, ce serait l’équivalent de la surface d’un département qui perdrait son usage agricole tous les sept ans.

Pour les candidats à l’installation, trouver du foncier est la première et la principale difficulté, les recherches pouvant prendre de quelques mois à plusieurs années. Les porteurs de projet hors cadre familial, soit 30 % des candidats de moins de 40 ans, sont les plus touchés. Ce sont ceux-là même qui portent des projets d’agriculture diversifiée, de proximité (tournés vers les circuits courts) ou engagés dans des pratiques plus respectueuses de l’environnement (agriculture biologique notamment).

La prise de conscience face à cette problématique a conduit à la multiplication des initiatives destinées à préserver et à transmettre le foncier agricole. Des outils réglementaires spécifiques ont notamment été créés (via les lois Grenelle, la loi de Modernisation de l’Agriculture…). Ceux-ci ont fait l’objet de quelques initiatives présentées dans cette synthèse. D’autres types d’expériences, portées par les agriculteurs et/ou les citoyens, voient aussi le jour.

Toutefois, toutes ces démarches sont encore ponctuelles et semblent relativement indépendantes les unes des autres, avec la mobilisation d’acteurs et d’outils variés. De plus, leur appropriation par les acteurs de terrain est encore rare.

Concernant la restauration collective et l’agriculture biologique, les objectifs fixés pour 2012 à l’occasion du Grenelle de l’environnement n’auront pas été atteints (20 % de denrées alimentaires biologiques dans les services de restauration de l’Etat), les difficultés d’approvisionnement étant citées comme un problème majeur. Dans ce contexte, une production agricole locale peut être une solution. Pourtant, celle-ci est aujourd'hui menacée, notamment en zones périurbaines, là où les besoins sont les plus forts.

Face à cet enjeu, cette synthèse réalisée par ABioDoc permet de faire un point sur la situation du foncier agricole en France, sur les mécanismes économiques et réglementaires qui entrent en jeu, et sur les principaux acteurs du foncier. Des initiatives mises en place pour la préservation du foncier agricole sont présentées. Elles concernent un panel varié d’acteurs et mobilisent divers outils.

Essentiellement bibliographique, et complété par des échanges avec des acteurs du foncier à l’occasion d’évènements (salons agricoles, rencontres Terre de Liens, colloque), ce travail a permis de mettre en évidence la diversité des expériences, et d’identifier les principaux points de blocage et/ou de vigilance ainsi que les facteurs de réussite de celles-ci.

Ce travail a été réalisé dans le cadre du projet « Développement des filières biologiques du Massif Central pour répondre aux besoins de la restauration collective », porté par le Pôle Agriculture Biologique Massif Central et qui s’inscrit en complément des actions engagées au niveau de chaque région ou département.

Programmé jusqu’en 2013, ce projet regroupe ABioDoc - VetAgro Sup, AgriBioArdèche, l’APABA, l’ARDAB, Auvergne Biologique, Bio 82, le SEDARB, LotABné, Inter Bio Limousin, Sud et Bio, l’EPL de Limoges, l’ISARA, le Lycée de Naves, ainsi que les plateformes Auvergne Bio Distribution, BioAPro et Manger Bio Limousin.

Sommaire

  1. LA PROBLÉMATIQUE DU FONCIER AGRICOLE
    1. L’évolution du foncier agricole
    2. Deux phénomènes de pertes des terres agricoles
    3. Les conséquences de la diminution du foncier agricole
  2. LES MÉCANISMES ET LES ACTEURS DU FONCIER AGRICOLE
    1. Les mécanismes économiques
    2. Les outils réglementaires et politiques pour la gestion du foncier
    3. Les principaux acteurs de la gestion du foncier agricole aux côtés des collectivités
  3. INITIATIVES POUR PRÉSERVER ET TRANSMETTRE LE FONCIER AGRICOLE
    1. III.1 Avoir une meilleure connaissance de son territoire et de son potentiel agricole
    2. III.2 Protéger le potentiel agricole du territoire
    3. III.3 Faciliter les cessions/transmissions et les installations
    4. III.4 Acquérir du foncier collectivement

Conclusion

Bibliographie

 

Version papier : 20 € (nous contacter).

Télécharger le document (gratuit)

Date de parution: 
décembre, 2013

Les céréales immatures

les céréales immatures

Document réalisé dans le cadre du projet Mélibio, coordonné par le Pôle Agriculture Biologique Massif Central.

Cette synthèse bibliographique a pour objectif de recueillir l’ensemble des données et expériences relatives à l’utilisation de céréales immatures, seules ou en mélange (appelées alors associations céréales-protéagineux ou méteil). A partir d’expériences de chercheurs, de techniciens ou encore d’agriculteurs, elle présente les intérêts mais aussi les inconvénients de telles pratiques, les itinéraires techniques pouvant être mis en place et l’utilisation de ce type de fourrage dans les troupeaux.

Une partie des références collectées et utilisées dans cette synthèse sont issues de l’agriculture conventionnelle. Toutefois, cette synthèse se situe bien dans un contexte d’agriculture biologique. A noter que les mélanges céréales-protéagineux, largement abordés dans cette synthèse, sont utilisés depuis longtemps en agrobiologie.

Face aux aléas climatiques, avec notamment les sécheresses à répétition, et au contexte économique fluctuant, avec des prix des aliments très variables, les éleveurs cherchent à sécuriser au maximum leur système fourrager. Dans ce contexte, la récolte de céréales ou mélanges céréales-protéagineux immatures pour constituer un fourrage d’appoint pourrait représenter une solution intéressante. A travers cette synthèse bibliographique, ABioDoc a recueilli les données concernant ce type de pratiques : intérêts et limites, itinéraires techniques possibles, intérêts zootechniques…

Téléchargement de la syntèse Les céréales immatures (gratuit au format PDF)

Pour commander la synthèse en version papier (10€) veuillez vous adresser à abiodoc [at] educagri [dot] fr (subject: Commande%20de%20la%20synth%C3%A8se%20Les%20c%C3%A9r%C3%A9ales%20immatures) (ABioDoc).

 

Date de parution: 
septembre, 2012

Synthèse sur l'introduction de viande biologique en restauration collective

Contexte de l'étude:

L’introduction de produits biologiques en restauration collective a vu le jour en 1993, avec l’opération « Manger Bio » organisée par le CIVAM du Gard. D’abord ponctuelles, ces initiatives se sont multipliées, jusqu’à connaître un réel essor à partir de 2006. Cette évolution a été notamment encouragée par le Grenelle de l’Environnement en 2007, dont un des axes d’actions pour favoriser l’agriculture biologique est d’introduire des produits biologiques dans la restauration collective. La circulaire du 2 mai 2008 relative à l’exemplarité de l’Etat fixe pour objectif l’introduction de 20 % de denrées biologiques en 2012 dans les services de restauration collective de l’Etat et sous tutelle de l’Etat (restaurants administratifs, restauration hospitalière, restauration universitaire et secteur pénitentiaire). Par ailleurs, on note une réelle demande de la part des convives et des parents d’élèves pour introduire des produits biologiques en restauration collective.
Si quelques collectivités ont fait le choix de passer à des repas 100 % biologiques, la majorité ont choisi d’introduire des ingrédients de manière progressive. Les produits biologiques les plus introduits sont, dans l’ordre décroissant, les fruits, les produits laitiers et les légumes, les produits d’épicerie, la volaille fraîche puis les autres viandes en frais (Agence Bio, 2010).
La viande semble difficile à introduire en restauration collective. Du point de vue des collectivités, le problème majeur réside dans le surcoût à l’achat, et dans les difficultés d’approvisionnement. Du côté des producteurs, le marché de la restauration collective apparaît instable, et, du fait des morceaux et des volumes demandés, il rend difficile le respect de l’équilibre matière. Par ailleurs, la restauration collective est un marché particulier qui a des attentes et des contraintes à respecter.
Face à cet enjeu, ABioDoc a proposé de faire un point sur les initiatives d’introduction de la viande biologique en France. Essentiellement bibliographique, ce travail a permis de comprendre les principaux freins à l’introduction de viande biologique en restauration collective et de relever les principales initiatives qui ont vu le jour. Complété par des entretiens téléphoniques, il a permis d’identifier les leviers mis en oeuvre pour la réalisation d’expériences réussies.
Ce travail a été réalisé dans le cadre du projet « Développement des filières biologiques du Massif Central pour répondre aux besoins de la restauration collective », porté par le Pôle AB Massif Central, et qui s’inscrit en complément des actions engagées au niveau de chaque région ou département.
Programmé jusqu’en 2013, ce projet regroupe ABioDoc, AgriBioArdèche, l’APABA, l’ARDAB, Auvergne Biologique, le CFPPA des Vaseix, le GABLIM, et le SEDARB, en partenariat avec Auvergne Bio Distribution, BioAPro, Manger Bio Limousin et la FRAB Languedoc Roussillon.

Sommaire de la synthèse:

1- Fonctionnement de la restauration collective

2- La filière viande biologique

3- Les freins à l’introduction de viande biologique en restauration collective

4- Les réponses apportées par les différentes initiatives étudiées

  • Limiter le surcoût
  • Garantir l’approvisionnement
  • Créer/utiliser les opérateurs locaux de la filière
  • Appels d’offre : adapter sa procédure d’achat
  • Accompagner les initiatives collectives

5- Conclusion

6- Bibliographie

Présentation d’ABioDoc et du Pôle AB Massif Central

TELECHARGER LA SYNTHESE (gratuit au format pdf)

 

Date de parution: 
mars, 2011