Fermebioscopie : Bio regard sur un parcours riche de sens
1,15 €
Auteur : ROBERT Isabelle,ROBERT Pierre
Revue : VOIX BIOLACTEE (LA) ( ), N° 95 | p. 46-48
Editeur : BIOLAIT
Pierre Robert s'est installé en 1987 sur la ferme familiale, dans le Tarn, avec un élevage de canards et de vaches laitières. Son système laitier était alors plutôt intensif, ses vaches ne sortaient pas et leur alimentation était à base d'ensilage de maïs, de tourteau de soja et de foin. A la retraite de ses parents, en 1998, Pierre a arrêté la production de canards et a spécialisé sa ferme en lait (310 000 l de lait par an). Suite à un accident qui lui a valu 6 mois d'arrêt de travail, il a commencé à réfléchir à la façon dont il pourrait faire évoluer son système et au sens qu'il voulait donner à son travail. La crise du lait de 2008 a fini de le convaincre de passer en bio. Après de nombreuses rencontres avec des éleveurs, il a commencé sa conversion en 2013... C'est ce parcours qu'il raconte, avec les premiers semis de prairies multi-espèces, de méteil grain et de luzerne, la sortie de ses vaches au pâturage, mais aussi son état d'esprit qui change petit à petit : "Pendant que l'exploitation s'enrichit en diversité technique, moi, l'exploitant, j'ai découvert une diversité intellectuelle, et ça, c'est le plus important dans un passage en bio !". Pierre parle aussi des aspects techniques et économiques qui ont changé, des frais vétérinaires divisés par 3, par exemple, des heures de travail du sol qui ont considérablement diminué, et de la satisfaction à maîtriser son système et à faire des choix assumés. Aujourd'hui, il travaille en Cuma, s'est investi dans le réseau des Chambres d'Agriculture et dans la vie de son village. Il a très envie de transmettre ses connaissances et envisage l'embauche d'un salarié dans l'idée de transmettre sa ferme.