Foin de luzerne, paille et compost végétal : Des paillages organiques pour limiter intrants et plastiques
1,15 €
Auteur : COISNE Marion
Revue : BIOFIL ( ), N° 131 | p. 47-49
Editeur : EDITIONS FITAMANT
Depuis 2018, dans le cadre du projet Copreau (Couverts végétaux pour préserver la ressource en eau), le Grab d’Avignon mène des essais pour comparer les impacts de plusieurs paillages organiques sur différents légumes, en maraîchage bio diversifié. En 2018 et 2019, les essais ont porté sur la mise en place d’un mulch de foin de luzerne en cultures d’été sous abris. Les résultats ont montré une maîtrise quasi-totale des adventices. En revanche, le mulch a eu des impacts contrastés sur les rendements des différentes espèces de légumes. Le concombre, qui est une culture précoce, a été le plus pénalisé : avec un paillage organique, le sol se réchauffe moins vite qu’avec un paillage plastique (les cultures précoces sont donc pénalisées). D’autres espèces, comme la tomate, voient au contraire leur rendement augmenter : la minéralisation du foin de luzerne a compensé le retard des tomates au printemps. En 2020, un autre essai a comparé trois paillages (paille de graminées, foin de luzerne et compost de déchets verts) dans le but de diminuer les apports d’eau par irrigation. Pour l’instant, les résultats ne sont pas encore disponibles. En parallèle, depuis 2019, dans le cadre d’un autre projet, le Grab étudie aussi les impacts de deux composts de déchets verts sur la fertilité des sols.