Caves coopératives de Paca : des arguments pour passer en bio
0,85 €
Auteur : VITISBIO
Revue : VITISBIO ( ), N° 9 | p. 6-7
Editeur : EDITIONS FITAMANT
Au printemps 2020, la Chambre d’agriculture du Var et la Coopérative Agricole Sud ont mené des enquêtes auprès des viticulteurs coopérateurs bio de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Cette région compte 104 caves coopératives. Plus de la moitié d’entre elles ont une activité bio et deux sont exclusivement en bio. Les enquêtes menées auprès de 63 vignerons coopérateurs bio ou en conversion ont permis de faire ressortir quelques tendances : la conversion nécessite d'investir dans du matériel (majoritairement entre 10 000 et 20 000 €), la fertilisation est plus coûteuse mais mieux réfléchie, la protection phytosanitaire est également plus coûteuse en bio durant la conversion mais moins coûteuse une fois l’expérience acquise, la majorité des viticulteurs n’observent pas de baisse de rendement. Aucun vigneron coopérateur bio ne ferait machine arrière. Du côté du marché, la majorité des caves ont une demande en vins bio à destination du négoce et de la vente directe. Les vins bio sont en moyenne vendus 15 à 40 % plus cher qu’en conventionnel (un tableau comparatif apporte des éléments chiffrés).