La réglementation évolue : Les plants bio de vigne boostés
0,85 €
Auteur : JEAN Louise
Revue : VITISBIO ( ), N° 10 | p. 12-13
Editeur : EDITIONS FITAMANT
A partir du 1er janvier 2022, les viticulteurs bio devront demander des dérogations pour utiliser des plants de vigne non bio, au risque de perdre leur label et de devoir relancer une conversion sur trois ans des surfaces concernées (pour rappel, cette mesure devait initialement entrer en vigueur au début de l’année 2021). De plus, à partir du 1er janvier 2037, les dérogations ne seront plus possibles. Pour être en mesure de respecter la réglementation, les chantiers vont être conséquents pour créer une filière bio car, à ce jour, l’offre en plants bio est inexistante. Ceci s’explique par deux injonctions contradictoires : d’un côté, la lutte obligatoire contre la flavescence dorée (qui nécessite des traitements phytosanitaires non autorisés en bio), de l’autre, le règlement bio qui interdit l’utilisation de produits de synthèse. Il est techniquement possible d’utiliser des traitements à l’eau chaude pour lutter contre la flavescence, mais leur usage nécessite de faire évoluer la réglementation (un groupe d’experts s’est penché sur ce sujet en 2020 et la réglementation devrait évoluer en 2021). D’autres défis restent à relever, notamment celui des surfaces (les rotations pour produire des plants bio nécessitent d'avoir cinq fois la surface où des plants seraient cultivés) ou celui de la cire (actuellement non disponible en bio).