Densité, cépages, repos du sol : Les vignobles se réinventent
1,15 €
Auteur : FURET Arnaud
Revue : BIOFIL ( ), N° 136 | p. 58-60
Editeur : EDITIONS FITAMANT
La configuration d’un vignoble peut être un handicap ou, au contraire, un facilitateur de réussite, notamment en agriculture biologique. Plusieurs motivations peuvent pousser les vignerons à restructurer leur vignoble : renouvellement, efficience technique/mécanisation, modification de l’encépagement… La restructuration est parfois primordiale pour les grands domaines (15 – 20 ha), avec peu de personnel, qui souhaitent se convertir en bio ; la mécanisation devient alors nécessaire avec une réflexion globale en lien avec les modifications de pratiques. La configuration du vignoble peut aussi permettre de faciliter la protection phytosanitaire, comme dans le Beaujolais, où l’éloignement des grappes du sol a permis de diminuer le botrytis, et également de réduire la sensibilité au mildiou et au black-rot. Néanmoins, avant de replanter des vignes, il faut penser au repos du sol : la culture vigne sur vigne diminue la fertilité des sols. Cette période de repos permet également de mieux gérer certaines maladies, comme le court-noué : le programme Jasympt – Utilisation des jachères et de la symptomatologie pour améliorer la lutte contre le court-noué, coordonné par l’IFV, va se pencher sur ce sujet jusqu’en 2023.