Maîtriser la flavescence dorée : Des essais pour limiter son expansion
1,45 €
Auteur : FURET Arnaud
Revue : VITISBIO ( ), N° 12 | p. 34-37
Editeur : EDITIONS FITAMANT
La flavescence dorée (maladie classée parmi les jaunisses de la vigne) gagne du terrain en France : des micro-foyers ont été détectés en Champagne et elle continue à se propager en Bourgogne. Pour juguler cette épidémie, il est nécessaire de garder un environnement sain (éviter les repousses de vignes sauvages qui peuvent représenter des foyers de maladie) et d'éviter d’introduire de nouveaux plants malades. L’une des faiblesses en bio est la variabilité de l’efficacité du traitement Pyrévert contre la cicadelle vectrice de cette maladie. Sudvinbio propose d’ailleurs une méthode de vérification de l’efficacité du traitement, basée sur un comptage de larves de cicadelle sur les feuilles. Un épamprage rigoureux favorise la disparition des larves juvéniles et un réglage optimal du pulvérisateur, permettant d’atteindre le dessous des feuilles (lieu de vie de la cicadelle), augmente l’efficacité du traitement. Depuis 2015, Agrobio Périgord teste des alternatives (autres insecticides, huiles de paraffine…), mais les conclusions ne sont pas évidentes : il est difficile de trouver des sites d’essais en dehors des périmètres de lutte obligatoire avec des populations de cicadelles significatives. Point positif : la réglementation a évolué au printemps 2021 en faveur du traitement à l’eau chaude des plants. Cet article est complété par le témoignage d’Hélène Thibon, vigneronne en Ardèche, qui mise sur la surveillance et la solidarité entre vignerons.