Houe rotative : Un bon casse-croûte
0,85 €
Auteur : EVENAT Yann
Revue : SYMBIOSE ( ), N° 272 | p. 22-23
Editeur : SYMBIOSE
Le revue Symbiose a réalisé une série d’articles sur des outils de désherbage mécanique (ces articles ont été écrits dans le cadre du projet Désherb’méca). Ce deuxième volet est consacré à la houe rotative. Cette dernière est arrivée en France, il y a une trentaine d’années, et reste assez peu plébiscitée par les agriculteurs français, comparée à d’autres matériels de désherbage mécanique. Elle a, néanmoins, des atouts à faire valoir, notamment sa robustesse et son débit de chantier important (il faut travailler au minimum à 16 km/h). Le désherbage se fait grâce à la projection de terre et au décollage des adventices au stade filament blanc (l’efficacité diminue de 65 % dès que le stade cotylédon de l’adventice est atteint). La houe rotative travaille en « plein » sur la culture et elle peut être passée à des stades de culture très jeunes. Sur maïs, elle peut s’utiliser du semis au stade 3 feuilles. En général, deux passages sont effectués. Sur céréales, la houe rotative peut s’utiliser du stade trois feuilles au stade début épiaison. Elle peut également être utilisée en hiver pour « écroûter » les céréales et relancer la minéralisation.